Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Newstele

Site web d’actualités / Médias

Newstele

Reportage – Retour sur le 16e Festival TV de Luchon

Reportage – Retour sur le 16e Festival TV de LuchonReportage – Retour sur le 16e Festival TV de LuchonReportage – Retour sur le 16e Festival TV de Luchon

Chaque année, c'est au cœur des Pyrénées à Luchon que se tient au mois de février le Festival des Créations Télévisuelles, devenu au fil des ans l'un des plus importants festivals de télévision en France, rendez-vous incontournable des producteurs, réalisateurs, scénaristes, comédiens mais aussi de tous les amoureux de la télévision puisque ce festival est également ouvert au public.

Durant 5 jours, du 12 au 16 février dernier, projections inédites, présentations de dispositifs transmédias et séances de dédicaces sont ainsi venus rythmer ce festival où le meilleur de la Fiction TV était à l'honneur.
Le comédien Georges Corraface, un habitué de cette manifestation, prend toujours autant de plaisir à venir à la rencontre du public : « Ça m'ouvre l'esprit... Ce public, c'est lui qui fait la moitié du travail de l’imagination. Nous, avec beaucoup d'efforts, de grosses équipes et parfois de gros moyens on fait la moitié du travail, on apporte un objet et l'autre moitié du travail c'est chaque spectateur qui le fait car il se projette, s’investit, ressent, imagine... c'est très touchant » nous confie-t-il.

Cette année, le festival a su innover en professionnalisant les sections Web-Fictions/Transmédias avec la création de Comités de Sélection et de jurys composés de professionnels de chaque secteur. Pour la première année à Luchon, les secrets de fabrication de dispositifs transmédias ont été présentés aux professionnels et au public. « Intime Conviction » (Arte), « CUT » (France ô) et « Hero Corp » (France 4 ) ont ainsi fait l'objet d'études de cas.
Parmi les autres temps forts du festival, de nombreuses séances de dédicaces ont eu lieu avec les comédiens de séries populaires (« Sous le soleil de Saint-Tropez », « Pep's », « Parents Mode d'Emploi », ...). Depuis 6 ans, Télé 7 jours est à l'initiative de ces événements grand public afin de permettre aux fans de rencontrer les acteurs de leurs séries fétiches. Cette année, Télé 7 jours a choisi de mettre à l'honneur les jeunes talents, notamment ceux issus de Web-Fictions mais qui arrivent aussi aujourd'hui à la télévision comme « Studio Bagel ». Après un très gros succès sur Youtube, ces formats-courts humoristiques sont en effet arrivés sur Canal+.

 

Une sélection 2014 largement dominée par les polars

Cette année, la sélection officielle comprenait pas moins de huit téléfilms policiers (sur 12 films unitaires sélectionnés) et seulement deux films de société.

Même constat en septembre dernier au Festival de la Fiction TV à la Rochelle où il était frappant de voir à quel point le polar était également à l'honneur dans les séries comme dans les films unitaires.

Nous sommes allés à la rencontre de Sophie Deschamps (scénariste, coprésidente de la commission Télévision de la SACD et membre du comité de sélection 2014) afin de comprendre cette prédominance du polar.

Pour le scénariste et réalisateur Jean-Xavier de Lestrade, également membre du comité de sélection 2014, le manque d'innovation en fiction TV française est une réalité :

« C'est de plus en plus rare de trouver de projets qui sortent de cadres imposés. Il est vrai que l'on retrouve beaucoup de polars fabriqués de la même manière ».

En cette période de crise, le polar reste une valeur sûre pour les diffuseurs  : « Le polar est en quelque sorte rassurant pour les diffuseurs parce qu'il y a une forme de dramaturgie, d'efficacité narrative qui permet d'accrocher le téléspectateur. Mais la télévision française ne fait pas exception. Les polars sont aussi très présents à l'étranger, notamment dans les pays anglo-saxons... La différence est que dans d'autres pays, il y a aussi autre chose et on voit bien que les séries qui nous viennent des pays du nord, d'Angleterre, des États-Unis ne sont pas construites sur la mécanique du polar mais traitent de la société, de politique, du pouvoir et cette diversité, c'est ce qui nous manque un peu aujourd’hui en France » reconnaît Jean-Xavier de Lestrade.

Si le polar reste le genre préféré en fiction pour les hommes (60,7%) et les plus de 50 ans (70,3%), les femmes (72,4%) et les 15-49 ans plébiscitent surtout les comédies selon une étude Médiamétrie réalisée à l'occasion de cette 16e édition du Festival.

 

Formats courts, web-fictions et transmédias à l'honneur

Toujours selon la même étude Médiamétrie, les jeunes (15-24ans) aiment tout particulièrement les formats courts, très courts -quelques minutes à peine- des minis séries, pastilles d'humour très présentes sur les antennes.

Mais pour réussir à attirer et fidéliser les jeunes téléspectateurs sur des séries françaises, de nombreux dispositifs transmédias voient le jour. Il s'agit ainsi de capter l'attention des jeunes via les réseaux sociaux et les web-fictions qui prolongent généralement la série.

Reportage – Retour sur le 16e Festival TV de Luchon

Durant le festival, le dispositif transmédias de la série « CUT » a fait l'objet d'une présentation.

Sébastien Capgras, le fils de Laura (Julie Boulanger) dans la série, est revenu sur le personnage de Jules qu'il incarne sur cette fiction et qui fait partie intégrante du dispositif transmédias de « Cut ». En effet, ce personnage fictif possède sa propre page Facebook où il livre de nombreuses petites vidéos et photos réalisées avec son téléphone : « Ce que nous ne pouvons voir à l'écran, Jules le montre et le partage sur sa page Facebook comme un ado de 15 ans peut le faire aujourd'hui. Lors de la diffusion, vous voyez Jules poster quelque chose sur son téléphone et instantanément vous pouvez le retrouver sur Facebook » nous détaille le comédien. Pendant le tournage de la première saison, Sébastien Capgras a tourné 500 contenus photos et vidéos, parallèlement au plateau : « Ça m'a permis de nourrir un petit peu plus mon personnage. J'avais plus de liberté et je pouvais improviser beaucoup plus ».

Si ce dispositif permet d'en savoir plus sur la vie privée du personnage, le transmédias permet aussi une interaction avec les téléspectateurs : « Les téléspectateurs peuvent interagir avec le personnage, il y a souvent de petites révélations à l'avance. Les gens qui suivent la série sont beaucoup plus proches du personnage en allant sur la page Facebook » nous confie Sebastien Capgras.

Eva Roque, chef des informations à Télé 7 jours, nous explique les tendances actuelles en fiction française pour attirer et fidéliser un public jeune, notamment via les web-fictions et les dispositifs transmédias.

 

FICTION FRANCAISE : ETAT DES LIEUX

 

Lors de la cérémonie de clôture du festival, Patrick Poivre d'Arvoir (président du jury 2014) a lancé un appel aux diffuseurs pour les encourager à faire confiance aux scénaristes pour une fiction française plus débridée : « Ouvrons les fenêtres et autorisons les passerelles pour que les scénaristes puissent s'exprimer. Tentons, ayons cette audace, ayons ce désir de sortir de ce qu'on croit être les cadres proposés au public. Il faut vraiment que chacun puisse s'exprimer avec plus d'ampleur, plus d'audace et plus de liberté que naguère ».

A l'occasion de cette 16e édition du Festival des Créations Télévisuelles, nous avons décidé de dresser un état des lieux de la Fiction Française à la télévision avec Sophie Deschamps (scénariste et coprésidente de la commission Télévision de la SACD), Dominique Lancelot (scénariste et productrice) et Eva Roque (chef des informations à Télé 7 jours).

Après avoir évoqué le manque d'audace et d'innovation en fiction mais aussi un temps d’attente particulièrement long entre deux saisons d'une série, nous sommes notamment revenus sur deux séries -modèles de réussite en fiction française- que sont « Fais pas ci, fais pas ça » (France 2) et « Les Revenants », une série de Canal+ qui parvient à s'exporter à l'étranger avec grand succès alors que la série n'est qu'à sa première saison et ne comporte « que » 8 épisodes.

 

Marie Kremer : « Il y a étonnamment parfois une autre sorte de liberté à la télévision »

Durant ce festival, NewsTele est allé à la rencontre de Marie Kremer, comédienne (Chez Maupassant, Un Village Français, …) et membre du jury sur cette édition 2014.

 

NewsTele : Quel sentiment vous inspire cette position de jury ?

Marie Kremer : C'est assez compliqué d’être dans un jury car tout reste souvent assez subjectif. Je crois qu'il faut avoir de l'humilité et un certain recul. C'est un très bel exercice. Je le prends comme un exercice d'écoute et de diplomatie.

 

N : Quels sont les critères qui font qu'un film vous plaise ou non ?

M.K : Je réagis fortement avec mon instinct : je suis sois touché par des œuvres, soit pas du tout. Bien sûr,  ça ne m’empêche pas de voir le travail accompli, de voir les efforts et le travail de chacun mais j'aime bien qu'il y ait une espèce de faille, c'est-à-dire qu'il y ait un endroit qui touche quelque chose en moi : ça peut être un sujet, le fait d'avoir osé parler de quelque chose dont on ne parle jamais ou le fait d'oser une forme qui n'existe  pas. Je suis sensible aussi à la singularité d'un acteur ou à l'intelligence d'un scénario.

 

N : Le Festival de Luchon est aussi l'occasion pour vous d'aller à la rencontre de votre public...

M.K : J'apprécie beaucoup le fait que ce festival soit aussi bien pour les professionnels de télévision que pour le public. Ça me fait vraiment plaisir de voir des salles pleines de gens qui sont heureux de voir ces films. C'est toujours agréable de voir la vraie curiosité des gens.

 

N : Faites-vous une différence entre cinéma et télévision depuis le prisme de votre métier ?

M.K : Je n'ai aucun jugement, j'ai fait autant de cinéma que de télévision et j'aime les deux. Il y a étonnamment parfois une autre sorte de liberté à la télévision qui se permet de prendre d'autres acteurs, qui se permet sur certaines chaînes comme Arte de toucher à d'autres sujets.

J'aime aussi la place et l'humilité qu'on peut avoir à la télévision. Les gens savent où ils sont.

J'aime les deux et passer de l'un à l'autre, j'ai envie de m'enferme nulle part.

 

LES COULISSES DU FESTIVAL...

Le Festival TV de Luchon, c'est aussi 150 bénévoles qui œuvrent chaque année durant 5 jours au service des 1000 professionnels accrédités et du public.

 

Portrait de bénévole

A 23 ans, Dephine Jérome, esthéticienne, est bénévole depuis 5 ans sur le festival de Luchon. Cette habitante de Saint-Gaudens (une commune voisine de Luchon) participe chaque année au festival avec toujours le même enthousiasme :  « C'est une expérience géniale. Entre les bénévoles, c'est  comme si on était une grande famille. C'est un réel plaisir de se retrouver chaque année ». Ses missions consistent notamment à accueillir les festivaliers et gérer les entrées du public lors des projections. Elle définit le festival de Luchon comme « une semaine hors du temps, où l'on rencontre des gens formidables et l'on peut approcher des personnalités connues du monde de la télévision ».

Ce qui lui plaît le plus dans cette expérience, ce sont les rencontres et les échanges : « J'apprécie de pouvoir échanger avec des personnes que je ne pourrais pas rencontrer en temps normal, c'est génial de pouvoir discuter avec des gens qui font des choses totalement différentes de nous ».

Parmi toutes les personnalités qu'elle a pu côtoyer, elle se souvient tout particulièrement du comédien et humoriste français Christophe Guibet : « La première année où je faisais le festival en 2010, j'avais longuement échangé avec lui. Il était très sympathique, c'est même étonnant de voir que des personnes avec lesquelles on n'a pas l'habitude de fréquenter sont vraiment aussi ouvertes et disponibles ».


L'Atelier TV : s'initier à la magie des effets spéciaux...

Nous sommes également allés à la rencontre de Frédéric Guénin, opérateur d'effets spéciaux. Durant la manifestation, il a reçu chaque jour pas moins de 600 élèves de primaire et de 6ème qui ont pu s'initier à la magie des effets spéciaux et découvrir le principe du fond vert à la télévision et au cinéma...

 

BACKSTAGE...

Reportage – Retour sur le 16e Festival TV de LuchonReportage – Retour sur le 16e Festival TV de Luchon

Retrouvez également nos précédents articles sur le Festival  TV du Luchon :

- "Des Fleurs pour Algernon" (Arte), grand vainqueur du 16e Festival TV de Luchon (http://www.newstele.com/2014/02/des-fleurs-pour-algernon-arte-grand-vainqueur-du-16e-festival-tv-de-luchon.html )

- « Des Fleurs pour Algernon » : Rencontre avec Yves Angelo (http://www.newstele.com/2014/02/%C2%AB-des-fleurs-pour-algernon-%C2%BB-rencontre-avec-yves-angelo.html)

 

Suivez l'actualité médias avec newstele sur twitter, Facebook et Google+
Crédit Photo : Newstele/SvetProd

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article