Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Newstele

Site web d’actualités / Médias

Newstele

Reportage : Séries en série au Forum des Images

Reportage : Séries en série au Forum des Images

Depuis 5ans, c'est au Forum des images à Paris que se tient chaque année au mois d'avril Series Mania, un festival qui met à l'honneur la diversité et la créativité des meilleures séries du moment.

Pour le public, il s'agit même du seul événement en France à proposer une vitrine aussi large du meilleur des séries venant des quatre coins du globe.

La 5e édition qui se clôturera ce soir aura permis de découvrir près d'une cinquantaine de séries télévisées, inédites ou en avant-première de leur diffusion en France, en provenance de 17 pays dont les États-Unis, la Corée du Sud, la France, l’Australie, la Belgique, l’Israël, la Grande-Bretagne, le Danemark, la Norvège et le Japon.
Au-delà des projections en présence des équipes artistiques, ce festival propose aussi de nombreux échanges au travers de conférences et débats publics. Le rire dans la sitcom américaine, la manière de conclure une série et la question du sous-titrage des séries en France étaient les principaux thèmes des tables-rondes qui se tenaient tout au long de cette 5e édition.
Retour sur certains temps forts de cette manifestation.

 

GRANDES TENDANCES
Une perméabilité de plus en plus importante entre cinéma et télévision

Les grands noms du cinéma - qu'ils soient scénaristes, réalisateurs, producteurs ou comédiens- sont de plus en plus nombreux aujourd'hui à se tourner vers la série TV et la tendance semble se confirmer.
Cette année encore, de nombreux talents du cinéma font leurs débuts dans le champ de la création TV avec notamment Alfonso Cuarón (Gravity) qui a réalisé le pilote de Believe mais aussi Aaron Guzikowsi (Prisoners) cocréateur de la brillante série The Red Road et dont le pilote est réalisé par James Gray.

Simple coup marketing de la part des diffuseurs ou réelle volonté de ces grandes figures du septième art à investir le genre de la série TV ? Selon Frédéric Lavigne, directeur artistique de Séries Mania, « il y a évidemment des coups marketing comme pour le lancement de « Boardwalk Empire » avec un pilote signé Scorsese mais en même temps cette série a trouvé sa justesse de ton une fois que Scorsese est parti ».
Les cinéastes trouvent aussi paradoxalement une certaine liberté à la télévision par la durée. Ils peuvent alors s'intéresser à développer des personnages plus complexes et plus ramifiés, ce que permet la structure même d'une série. « On est plus proche de la littérature, c'est moins l'art de la concision et il y a un vrai plaisir aussi à développer les histoires sur la durée » souligne Frédéric Lavigne.

 

Une diversification des formats

On note cette année une tendance à une production plus importante de mini-séries avec des formats un peu moins long que les formats classiques. De nombreuses séries comportent 4, 5 ou 6 épisodes par saison. On note par ailleurs un certain recul des séries de 8 épisodes. Quant aux séries de 12 épisodes, elles se font de plus en plus rares. Cette tendance touche particulièrement les séries européennes qui se tournent de plus en plus vers des formats un peu plus courts.

 

Une confirmation du savoir-faire nordique
Toujours très présentes lors de ce festival, les séries nordiques et notamment Scandinaves continuent à faire preuve d'une grande créativité et originalité. La nouvelle pépite vient cette année de Norgève avec Eyewitness.
Les séries britanniques quant à elles continuent à nous surprendre brillamment avec notamment Black Mirror (prochainement diffusée sur France 4), une série qui anticipe les dérapages d'un monde ultra connecté ou encore avec Southcliffe qui, à l’instar de Broadchurch, nous plonge dans le quotidien d'une petite ville côtière de l'Angleterre qui bascule à la suite d’événements tragiques.

 

 

GRAND RENDEZ-VOUS

The Walking Dead : la nuit blanche incontournable de Série Mania

Reportage : Séries en série au Forum des Images

Chaque année, depuis maintenant quatre ans, le marathon nocturne de la série The Walking Dead est devenu un événement incontournable pour tous les fans de la série. Samedi dernier, près de 500 personnes sont venues assister à la projection des 8 premiers épisodes de la saison 4, de 23h à 5h du matin ! « Il y a un réel plaisir des fans de se retrouver pour rire et frisonner ensemble. L'un des avantages de ce festival, c'est qu'il brise la glace de la solitude de la consommation de la télévision, qui est quand même un média très froid et qui renvoie chacun vers chez soi. Aujourd'hui, un festival comme le nôtre permet à nouveau de retrouver un sens collectif » précise Frédéric Lavigne.
 

LES COULISSES DU FESTIVAL

Frédéric Lavigne, directeur artistique de la manifestation, visionne chaque année avec son équipe pas moins de 250 séries venants des quatre coins du monde afin d'élaborer la programmation de cet événement.

 

NewsTele : Comment procédez-vous pour aller dénicher toutes ces séries du monde entier ? Certaines séries sélectionnées viennent même du Brésil, de Corée du Sud et du Japon...

Frédéric Lavigne : On a un petit réseau de correspondants plutôt informel. On a notamment une correspondante au Royaume-Uni, un correspondant un peu globe-trotteur qui nous ramène des séries du monde, en particulier d'Australie, du Québec et d'Amérique du Sud. Quant au Japon, on a une correspondante qui a un blog spécialisé et qui est extrêmement attentive aux séries d'Asie. Elle nous propose chaque année une présélection de 10 séries.
La notoriété grandissante du festival aidant, nous bénéficions aussi de contacts spontanés. La mise en route est arrivée à maturité de notre côté et on a plus de facilité à accéder aux séries, même avant la diffusion.

Sur quels critères sélectionnez-vous les 47 séries présentées cette année ?

F.L : On sélectionne des séries qui nous touchent, nous étonnent, nous font rire ou nous perturbent. On cherche aussi des séries innovantes bien que nous ne soyons pas non plus contre un certain classicisme quand il est très abouti. On essaie également de n'écarter aucun genre pour trouver un équilibre et ne pas être trop élitiste.

 

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez dans la préparation de ce festival ?

F.L : Ce n'est pas toujours simple effectivement car la télévision n'a pas l'habitude des festivals. Le cinéma depuis très longtemps est adossé aux festivals pour des avant-premières, des premières mondiales, pour se confronter au regard des autres professionnels, des journalistes et du public. La télévision est encore très frileuse là-dessus. Il y a une science du contrôle, du secret avec une très grande crainte de l'exposition en amont, donc pour nous ça n'a pas été simple. On ressent toujours des résistances et un peu de frilosité de la part des vendeurs, acheteurs, producteurs et chaînes TV à exposer leurs futures séries longtemps à l'avance. Ils ont notamment peur du début de rumeurs. Ils n'ont donc pas encore totalement confiance dans le rapport au public et ça c'est notre principale difficulté.

 

Retrouvez dès demain sur NewsTele.com le palmarès du festival et nos séries coups de cœur !
 

Suivez l'actualité médias avec newstele sur twitter, Facebook et Google+

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article