« La Bonne Dame de Nancy » avec Véronique Genest ce soir sur France 3

Publié le par Stéphanie

"La Bonne Dame de Nancy" (© SCARELLA Gilles / FTV)

"La Bonne Dame de Nancy" (© SCARELLA Gilles / FTV)

France 3 propose ce mardi soir à 20h55 le téléfilm inédit La Bonne Dame de Nancy réalisé par Denis Malleva. Une production Effervescence Fiction, BeFilms, RTBF, avec la participation de France Télévisions.

 

Avec : Véronique Genest (Simone Weber), Yvan Le Bolloc'h (Bernard Hettier), Mathias Mlekuz (Gilbert Thiel), Véronique Kapoïan (Madeleine Weber), Christophe Mirabel (Inspecteur Alain Lambollez), Franck Adrien (Inspecteur Christian Jacques), Marc Wilhelm (Greffier Pierre Faltot) Mélanie Baxter-Jones (Maître Liliane Glock), Bruno Munda (Maître Robinet), Clément Morinière (Maître Chevais), Bernard Villanueva (Maître Garaud).

 

Automne 1981. Bernard Hettier, 55 ans, retrouve par hasard Simone Weber  qu’il  avait  connue  vingt  ans  auparavant.  Portrait  vivant  d’une "mamie Nova", mais l’oeil pétillant et l’esprit vif, Simone, 52 ans, en quête  d’un  "dernier  amour",  tombe  dans  les  bras  de  Bernard  le séducteur.  Ils  deviennent  amants.  Mais  après  quelques  mois  de passion,   Simone   se   révèle   exclusive   et   d’une   jalousie   maladive.
Bernard  décide  de  rompre.  Durant  trois  ans,  il  est  surveillé,  harcelé par Simone qui ne recule devant rien pour reconquérir son amant. Le 22  juin  1985,  il  disparaît.  Sa  fille  Patricia  fait  paraître  un  avis  de recherche le 7 juillet 1985.
Le  juge  d’instruction  de  Nancy,  Gilbert  Thiel,  est  chargé  de  l’affaire. Les  soupçons  se  portent  très  rapidement  sur  Simone  Weber.  Le magistrat  perçoit  assez  vite  ses  ambivalences,  son  sentimentalisme, son  intelligence  aiguë,  sa  violence  aussi...  Elle  installe  une  relation singulière avec "son" juge, alternant séduction, intimité et invectives. Après  six  années  d’instruction,  et  après  avoir  épuisé  vingt-cinq avocats dont  Gilbert  Collard  et Jacques  Vergès,  elle  comparaît devant les assises de Nancy.

Accusée  d’avoir,  avec  la  complicité  de  sa  soeur Madeleine,  tué  son ancien  amant  et  de  l’avoir  découpé  à  la  meuleuse  à  béton,  elle  est condamnée à vingt ans de réclusion. Elle est libérée huit ans plus tard. Aujourd’hui encore, elle nie catégoriquement toute responsabilité.

 

La Bonne Dame de Nancy revient, sous la forme d’une fiction, sur l’affaire de "la diabolique de Nancy" qui a tenu la France en haleine et qui,  vingt cinq  ans  après  le  procès,  conserve  ses  nombreuses  parts d’ombre.

 

La fiction La Bonne Dame de Nancy sera suivie d'un débat de 60 minutes animé par Carole Gaessler. Illustré par des documents d'actualité de l'époque, il reviendra sur les circonstances de l'affaire Simone Weber avec certains des protagonistes. Il traitera, plus largement, des femmes à l'origine de meurtres ayant deffrayé la chronique. 

Publié dans France 3

Commenter cet article