Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Newstele

Site web d’actualités / Médias

Chroniques Criminelles sur l'Affaire Alexandre Junca ce samedi soir sur NT1

"Chroniques criminelles" (© NT1)

"Chroniques criminelles" (© NT1)

Magali Lunel présente ce samedi soir à 20h55 sur NT1, Chroniques Criminelles le magazine consacré aux faits divers et aux affaires judiciaires

 

Alexandre Junca : Crime barbare pour un téléphone
Un soir de juin 2011, le jeune Alexandre Junca, 13 ans, disparaît sans laisser de trace alors qu'il revenait d'une fête chez des copains. Seul indice, son vélo, retrouvé attaché à quelques mètres de son domicile. Que s'est-il passé ? Que lui est-il arrivé ?
Le corps démembré du collégien sera retrouvé dans les semaines qui suivent sa disparition : d'abord un fémur fin juin 2011 puis le reste du cadavre en octobre de la même année, dans le Gave de Pau.
La découverte de ce corps martyrisé va conduire la police aux portes de l'horreur, pour une enquête acharnée dans les milieux marginaux de Pau…
Pour la première fois dans Chroniques Criminelles, et cinq ans après les faits, Valérie et Philippe, les parents d'Alexandre, se confient sur cette tragédie qui a brisé leur vie.

Avec les témoignages de :
- Valérie Lance, la mère d'Alexandre,
- Philippe Junca, le père d'Alexandre,
- Christian Ducos, frère de Claude Ducos,
- Thierry Sagardoytho, chroniqueur judiciaire à France Bleu Béarn,
- Bruno Robaly, journaliste "La République des Pyrénées",
- Jean-Christophe Muller, Procureur de la République de Pau
- Me Pierrette Mazza-Capdevielle, avocate de Valérie Lance,
- Me Emmanuelle Leverbe, avocate de Philippe Junca,
- Me Véronique Rolfo, avocat de Fatima Ennajah,
- Me Lorea Chipi, avocate de Claude Ducos,
- Me Emmanuèle Legrand-Bogdan, avocate de Christophe Camy.

 

Obsession fatale : Direction les Etats-Unis, en Arizona.
En juin 2008, le corps de Travis Alexander est découvert dans sa douche. Le jeune mormon a le dos lacéré de 27 coups de couteau, une balle dans la tête et la gorge tranchée d'une oreille à l'autre.
Devant un tel acharnement, les enquêteurs ont peu de doute : l'assassin devait connaître sa victime. Très vite, la piste de l'ex-petite amie jalouse se confirme.
Mais Jodi Arias a-t-elle vraiment agi en état de légitime défense, comme elle le prétend ? La réponse dans ce nouveau document de Chroniques Criminelles

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article