Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Newstele

Site web d’actualités / Médias

Documentaire Inédit : « Les évadés de Drancy » le jeudi 7 décembre à 23h30

"Les Évadés de Drancy" (© Label Image)

"Les Évadés de Drancy" (© Label Image)

Au péril de leur vie, ces prisonniers internés par les nazis ont redoublé d’efforts et d’ingéniosité pour retrouver la liberté. Le jeudi 7 décembre à 23h10, France 3 proposera le documentaire inédit Les Évadés de Drancy qui retracent cet épisode incroyable de la Seconde Guerre mondiale, au terme duquel des Juifs sont parvenus à fuir l’enfer, en creusant un tunnel sous le camp de Drancy.

 

En 1943, aux portes même de Paris, la ville de Drancy accueille le plus grand camp d’internement de personnes juives du territoire français. Le 2 juillet, le camp, administré par la Préfecture de police, est placé sous l’autorité des SS, dirigés par Alois Brunner, l’un des artisans de la solution finale. Celui-ci organise la vie du camp en confiant les tâches d’administration et de surveillance à certains prisonniers. Ainsi, Robert Blum, ancien militaire, est nommé à la direction du camp. Brunner réitère également le Jüdischer ordner (service d’ordre juif), système mis en place dans d’autres centres de rétention, et qui vise à confier le service d’ordre du camp aux Juifs qui y sont incarcérés.

En septembre 1943, Alois Brunner doit rejoindre le sud de la France pour plusieurs jours.
En son absence, André Willem, avocat de profession, et Maurice Khalifat, plombier parisien, se prennent à rêver d’une évasion. Pour réaliser ce projet, il conviendrait de creuser un tunnel depuis une cave située sous le bureau du colonel Blum.
Ils voudraient permettre à un maximum de prisonniers de s’évader, bien que Brunner ait instauré la stratégie des représailles, selon laquelle si une personne s’enfuit, 50 sont punies !

Les candidats à l’évasion peuvent néanmoins compter sur l’aide de Robert Blum, qui met en œuvre tous les moyens possibles pour leur faciliter la tâche. Une équipe de 50 à 70 personnes est recrutée, qui sera répartie en trois groupes, afin de travailler jour et nuit. En dépit de problèmes non négligeables liés à l’alimentation en électricité ou la pénurie d’oxygène, le tunnel progresse rapidement. Sauf que le 9 février 1944, les nazis, alertés par un prisonnier transféré à Compiègne, décident de fouiller toutes les caves du centre de Drancy. Plusieurs des meneurs sont torturés, pour qu’ils avouent l’identité de leurs camarades. Mais les prisonniers n’ont pas dit leur dernier mot pour autant….

À l’appui des témoignages de protagonistes et de reconstitutions graphiques, ce film nous entraîne dans l’univers terrifiant du camp de Drancy, en nous décrivant dans les moindres détails le parcours effroyable de ceux qui ont tenté d’en sortir.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article