Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Newstele

Site web d’actualités / Médias

Zone Interdite - « Propriétaires et locataires au bord de la crise de nerf » ce dimanche sur M6

"Zone Interdite" (© Benjamin Decoin/M6)

"Zone Interdite" (© Benjamin Decoin/M6)

Ce dimanche 26 Novembre 2017, Ophélie Meunier présente un nouveau numéro de Zone Interdite, dès 21h00 sur M6.

 

Propriétaires et locataires au bord de la crise de nerf

Entre locataires et propriétaires, ça n'a jamais été le grand amour. Mais crise du logement oblige, les relations entre ceux qui possèdent et ceux qui louent sont de plus en plus tendues et tournent parfois à l'affrontement. Locataires aux abois, propriétaires excédés, huissiers qui traquent les mauvais payeurs : Ophélie Meunier et les caméras de « Zone Interdite » ont suivi les protagonistes de cette guerre où tous les coups sont permis et où la loi a bien du mal à être respectée.

Comment se loger quand on ne gagne pas trois fois le montant de son loyer ? Aujourd'hui, les locataires ont de plus en plus de mal à satisfaire les exigences de propriétaires toujours plus méfiants, notamment dans les grandes villes où le marché est saturé. Certains en profitent et découpent des pavillons de banlieue en une dizaine de petits studios. Ces logements, souvent insalubres, se louent à prix d'or. Le phénomène explose actuellement en région parisienne et prend de court les services préfectoraux en charge du logement.

D'ordinaire habitués à endosser le mauvais rôle, les propriétaires ne sont pourtant pas à l'abri des galères. En fait, ce sont eux les moins protégés et ils se retrouvent souvent victimes de squatteurs indélogeables, ou acculés financièrement par les mauvais payeurs. Des situations cauchemardesques qui peuvent les faire basculer eux aussi dans la précarité.

Dans cette guerre de l'immobilier, les huissiers sont en première ligne, et ils ne chôment pas : procédures de recouvrement, commandements de quitter les lieux et, en dernier recours, expulsions avec recours à la force publique. Depuis l'an 2000, leur nombre a quasiment triplé, et touchent de plus en plus les classes moyennes.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article