Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Newstele

Site web d’actualités / Médias

Newstele

Patrick Sébastien : « Donner envie aux gens d’être avec nous »

Patrick-S-bastien-1-.jpgPatrick Sébastien présentera le samedi 9 octobre 2010, les Années Bonheurs à 20h35 sur France 2. Pour célébrer les cinq ans de ce divertissement, Patrick Sébastien a concocté une spéciale dans laquelle sont rassemblés les meilleurs moments de ces années de nostalgie partagées avec le public.

 

Qu’allez-vous offrir au public pour cet anniversaire des Années Bonheur ?
Nous préparons une émission d’environ deux heures et demie qui sera constituée des meilleurs moments des Années Bonheur, avec un mélange de chanteurs nostalgiques - de Village People à Boney M, en passant par Ricci e Poveri, Daniel Gérard, Dave, Michele Torr, Gigliola Cinquetti et beaucoup d’autres - et d’humoristes comme Les Chevaliers du Fiel, Shirley et Dino, Noëlle Perna...
Je présenterai juste le plateau de début. Défileront ensuite les moments de scène que nous avons sélectionnés : ces séquences s’enchaîneront avec une distribution extraordinaire.


Le concept a-t-il beaucoup évolué au cours de ces cinq années ?
Au départ, nous nous sommes concentrés sur les années 70, puis, progressivement, nous avons intégré les années 90 et les années 80. Maintenant, nous accueillons des “chanteurs d’aujourd’hui” qui viennent interpréter des “chansons d’avant”, ainsi que des humoristes. Mais Les Années Bonheur restent un mélange de convivialité et de chansons populaires que tout le monde peut chanter.


Qu’est-ce qui, selon vous, fait le succès des Années Bonheur ?
Les Années Bonheur, c’est avant tout un climat de bonne humeur en “live”. En effet, dans Les Années Bonheur, les musiciens jouent en direct. Je garde ainsi un souvenir extraordinaire du grand orchestre de René Coll qui était mon orchestre, celui qui m’a accompagné pendant des années, en tournée et lors de tous mes spectacles, parfois même de gros spectacles ! Les artistes que je reçois chantent aussi en direct et toutes les émotions sont réelles. Et l’on voit qu’à chaque chanson, les gens se lèvent et dansent dans la salle : pour moi, Les Années Bonheur, c’est vraiment cela ! Et les téléspectateurs qui nous regardent peuvent très facilement faire un karaoké et passer un moment festif, en famille ou entre amis, devant l’écran de leur télévision ! Quand nous faisons cette émission, nous essayons de communiquer, de donner envie aux gens d’être avec nous. Et je crois que public le sent et apprécie. La nostalgie, l’esprit festif, l’authenticité des émotions que l’on ressent traversent l’écran !


La nostalgie, c’est un concept qui marche ?
Nous proposons beaucoup de chansons qui ont marqué leur époque et allons rechercher des gens que l’on n’a pas vus depuis très longtemps : certains ont changé de métier comme Barry Ryan qui chantait Eloise dans les années 70 et qui est devenu photographe. Ces retrouvailles sont toujours émouvantes : Nicolas Peyrac est revenu pour nous chanter So Far away from L.A, une chanson qui a 30 ans ! Hervé Cristiani avec sa chanson Il est libre Max a aussi beaucoup ému. Car, s’il y a eu 30 versions de celle-ci depuis, cela fait toujours plaisir d’écouter l’original, avec ce côté démodé, nostalgique, qui est très touchant. Mais l’on passe aussi un très bon avec Christophe Maé chantant du Brassens à sa manière ou avec Sanseverino qui a repris une chanson d’Amalia Rodrigues. Nous provoquons ainsi un mélange de générations, même si cette nostalgie s’adresse plus au public de la mienne. Car la chance que j’ai, c’est d’avoir vécu tout ça, donc je peux en parler encore plus aisément et c’est peut-être aussi ce qui fait la différence. Nous sommes très heureux de faire cette émission et apparemment ceux qui la regardent sont heureux de la regarder !


Vous prenez donc toujours autant de plaisir ?
Oui, bien sûr. Je suis un homme de scène. J’ai souvent, dans le passé, travaillé avec les artistes que je reçois. Dave et Gérard Lenormand, par exemple, sont des gens avec qui j’ai fait de la scène il y a longtemps. J’ai tourné avec Serge Lama en 1979… il y a 30 ans ! Je les connais tous ! Je ne suis donc pas dans la position d’un animateur qui reçoit des invités ; ce sont des “collègues de boulot” que je retrouve ! Et, cela me fait tellement plaisir de les revoir, nous avons tellement de souvenirs en commun, que ces retrouvailles sont de véritables instants de bonheur, de complicité, que j’essaie de partager avec le public. Et puis, cela me permet aussi de faire découvrir à des minots des chansons de l’époque… qui finalement n’étaient pas si mal que ça !


Quels sont vos souvenirs le plus marquants ?
J’ai des tas de bons souvenirs, aucun mauvais. Ce qu’il y a de difficile, c’est de penser à tous ceux qui nous ont quitté depuis, comme Carlos, René Coll, Patrick Topaloff ou encore Henri Salvador. C’est ainsi que nous allons achever cette émission des cinq ans avec Henri Salvador qui a fait avec nous sa dernière télévision. Il était venu chanter Blouse du dentiste. Il était alors fatigué mais dès qu’il s’est mis à chanter, il s’est transformé, c’était magique ! Gérard Blanc, des Martin Circus, lui aussi, était venu dans notre émission quelque temps avant sa disparition.


Un mot sur la suite des Années Bonheur…
La nouvelle saison des Années Bonheur va reprendre en octobre avec une émission toute neuve pour laquelle nous avons déjà quelques invités prestigieux, notamment Cock Robin, Johnny Clegg, Gotainer, Gilbert Montagné. Et pour la suivante, nous recevrons Phil Collins !


Votre souhait…
Que ça continue le plus longtemps possible !

 

Suivez l'actualité médias avec newstele sur twitter et Facebook

Propos recueillis par Françoise Payen
Crédit Photo : France 2

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article