Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Newstele

Site web d’actualités / Médias

Newstele

« Reportages », sommaire du samedi 11 février 2012

reportages-claire-chazal

La rédaction de TF1 propose ce samedi à 13h25 sur TF1 le magazine Reportages, présentée par Claire Chazal. Sommaire

 

13h25 - Ma colo en Amérique Un reportage  de Maud Guillaumin et Mathieu Lépine

Gaétan, Eléonore, Cyriaque et Baptiste. Ces petits Français sont partis à la conquête de l'Amérique. Et pour faire de réels progrès en anglais, leurs parents les ont inscrits pour trois semaines dans un Summer Camp en Caroline du Nord. Au programme : lever et coucher tôt, pas d'alcool, pas de flirt, dynamisme et travail comme règles d'or. Cette colo en Amérique, ils ne sont pas prêts de l'oublier ! 

 

Camp de Vineyard, Caroline du Nord, Etats-Unis. "Good morning. It's time to rise.". Il est 7h10 et, déjà, Gaétan doit se lever. Ce  petit Parisien découvre les Etats-Unis pour la première fois... dans un Summer Camp, une colonie de vacances à l'américaine. Amérique latine, France, Russie, Norvège, Asie. En tout, une vingtaine de nationalités se retrouvent ici chaque année. C'est Dean Barnley, le  fondateur du camp qui a voulu en faire un camp international. Aujourd'hui, il  accueille les petits Français comme Eléonore, 16 ans, qui vient de Villeneuve d'Asq.  Il leur apprend, avec un grand sourire, le règlement. "Il y a une première chose qui peut vous attirer de gros ennuis : aller  dans le dortoir des filles ou des garçons. Vous êtes renvoyé le jour même ! N'essayez pas... Ensuite, deuxième chose : consommez des drogues, de l'alcool ou des cigarettes et vous rentrez chez vous directement. On sera inflexible là-dessus aussi ".

 

Cette colo fonctionne comme une entreprise. Dean ne jure que par l'efficacité et la rentabilité. Ce cinquantenaire, célibataire, s'est installé ici il y a bientôt 30 ans. Il a inventé une formule magique pour faire fonctionner son camp à moindre frais : "la plupart des camps engagent des moniteurs de 25 ans. Nous, on a des enfants plus jeunes qui sont assistants". Son allure, son dynamisme, son discours ferme rassure les parents. "Le tarif est de 400$ par semaine mais il y a une remise si vous restez plus longtemps. Et dépêchez-vous car nous sommes presque complets". On croirait entendre un spécialiste du marketing. Mais son réseau, c'est de l'or. C'est grâce à ce bouche à oreille que ce pasteur business man a fait fructifier sa petite entreprise.

 

14h05 - Compagnons du devoir... 18 ans après  Un reportage d'Antoine Roux

Tout le monde en a entendu parler, mais que sait-on finalement des Compagnons du Devoir, ces jeunes ouvriers et artisans qui se forment au contact des anciens pendant plusieurs années en parcourant la France ? Nous les avions filmés dans leur maison d'Angers en 1993. Les Compagnons du Devoir du Tour de France semblaient déjà d'une autre époque avec leurs drôles de chants, leurs cérémonies étranges, leur savoir-faire ancestral et leurs noms curieux. 18 ans plus tard, une révolution : les filles ont reçu leur "permis d'entrer" chez les Compagnons. 
 
Franck dit Tourangeau-va-de-bon-coeur, 23 ans à l'époque, était un Compagnon enthousiaste qui finissait son tour de France. Nous l'avons retrouvé en Dordogne, du côté de Périgueux, où il est maintenant formateur dans un centre pour apprentis. "Je fais finalement ce que j'ai toujours voulu faire, retransmettre mon métier. C'est ce que j'ai appris chez les Compagnons". Mais si Franck est apprécié de ses élèves, il ne rencontre pas beaucoup de succès quand il leur propose de faire le tour de France avec les Compagnons. "Trop de travail !", "Les cours tous les soirs jusqu'à 22h, non merci !".

 

Suivez l'actualité médias avec newstele sur twitter et Facebook

Crédit Photo : TF1/C.Chevalin

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article