Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Newstele

Site web d’actualités / Médias

Newstele

« Reportages », sommaire du samedi 28 janvier 2012

reportages-claire-chazal

La rédaction de TF1 propose ce samedi à 13h25 sur TF1 le magazine Reportages, présentée par Claire Chazal. Sommaire

 

13h25 - A la poursuite des fugitifs... Des agents très spéciaux Une enquête de Thomas Lelong

Exceptionnellement, Reportages propose de suivre un document d'une heure sur la vie quotidienne des enquêteurs de la BEDJ, la Brigade d'Exécution des Décisions de Justice. Criminels, braqueurs, trafiquants de drogues, délinquants sexuels... chaque année ces " chasseurs " de la Police Judiciaire rattrapent en moyenne 1 400 condamnés en fuite qu'ils traquent au quotidien. Six mois d'enquête aux côtés des policiers de la Brigade des Fugitifs à la Préfecture de Police de Paris.
 
En face du Palais de Justice de Paris, le QG de la BEDJ. Ce matin, les policiers écoutent les conversations entre deux hommes en fuite depuis six mois après une condamnation pour une violente agression. Cédric et Richard, deux des inspecteurs de la Brigade, se livrent à un repérage minutieux et discret des lieux où vivraient les deux complices. Briefing à quelques heures de l'interpellation avec les hommes de la Brigade de Recherche et d'Intervention venus en renfort : "Il faut faire gaffe, ils sont dangereux, ils risquent d'être armés. La femme de ce mec-là, il faut faire attention, c'est une vraie tigresse. Il y a un gamin en bas âge. Il va y avoir du sport !". A 5h30 du matin, tout le monde est prêt. "On ne sait jamais ce qu'on va trouver derrière la porte". L'interpellation est musclée. Mais le premier homme ne résiste pas. Dans un immeuble voisin, son complice finit par être arrêté à son tour alors qu'il tentait à nouveau d'échapper à la police. Fin de cavale. Malgré leurs tentatives de négociation auprès de la Procureure, ils vont, cette fois ci, passer 27 mois derrière les barreaux.
 
La Brigade ne traque pas que les criminels. Les fugitifs n'ont parfois commis qu'une simple infraction au code de la route.... Comme ce récidiviste, condamné il y a 6 ans pour conduite sans permis. 600 euros d'amende ou la prison. Un délit mineur pour un homme qui s'est depuis racheté " une conduite ". Faute de pouvoir payer sa dette, l'homme passera un mois à la prison de Fresnes. " Les gens sont déjà jugés. On n'est pas là pour faire la justice. Nous on les interpelle. On les présente à la justice. C'est ça notre boulot ".
 
Dans les affaires de stupéfiants, les trafiquants une fois condamnés, se réfugient souvent à l'étranger. Les policiers sont à la poursuite d'un dealer de cocaïne. Depuis sa condamnation à 4 ans de prison, l'homme est en cavale à travers l'Europe mais vient d'être repéré dans un quartier de Paris. Après des heures de planque, la brigade finit par interpeller un homme qui ressemble un peu à la photographie du fichier. Il nie habilement mais est trahi par ses empreintes. Le jeune homme va devoir exécuter sa peine dès le lendemain alors qu'il avait prévu de se marier... En France, les fugitifs ne sont pas sanctionnés pour avoir défié la justice. 
 
André Bellaïche a, en son temps, préféré la fuite à la prison. "C'est pas la prison qui est un cauchemar, c'est de rêver que je suis en cavale". En 1986, le cerveau présumé du Gang des Postiches est arrêté après 12 ans de cavale et passe 8 ans derrière les barreaux. Aujourd'hui, il apprécie la liberté, avec un grand L. "Quand tu es en cavale, tu peux rien faire. T'es orphelin de ton quartier, de ta vie. T'es un peu mort quelque part. Quand t'es en cavale, t'as plus de famille, plus de maman, plus de frères, plus rien. Quand on est en cavale et qu'on voit une voiture de flics, je peux vous dire qu'on a mal au ventre. Tout peut s'arrêter d'une minute à l'autre. Aujourd'hui beaucoup de condamnés à de petites peines se mettent en cavale. Ca fait peur. Tu pars pour deux ans et, résultat des courses, tu prends 20 ans".
 
Pour conserver maîtrise et sérénité en toutes circonstances, les policiers de la BEDJ suivent un entraînement spécifique. Richard assure la formation au tir. "A l'intérieur des appartements, quand les gens se lèvent, ils sont en pyjama, en slip, pas réveillés. C'est petit. Nous, on arrive à huit. C'est très confiné, donc, s'il se passe quelque chose, il faut analyser pour pouvoir riposter dans un milieu restreint. "Comme tous les policiers, Richard espère ne jamais avoir à faire feu sur quelqu'un mais le danger est toujours présent et les intrusions sont parfois brutales chez des gens qui ne sont pas toujours des criminels. "C'est très violent. Vous vous imaginez, si on venait chez vous, demain matin, comme ça ? On rentre carrément dans l'intimité. On ne s'habitue jamais à des trucs comme ça, à la violence".

 

Suivez l'actualité médias avec newstele sur twitter et Facebook

Crédit Photo : TF1/C.Chevalin

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article