Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Newstele

Site web d’actualités / Médias

Newstele

« Zone Interdite : Braquages et jeune délinquance » à 20h40 sur M6

Zone Interdite[2]Ce dimanche, Mélissa Theuriau présente un nouveau numéro de  « Zone Interdite », dès 20:40 sur M6, consacré cette semaine à « braquages et jeunes délinquants », sommaire :

Coiffeurs, boulangeries, bars-tabac… les petits commerces de quartier sont devenus la cible privilégiée des braqueurs. Des délinquants de plus en plus jeunes, attirés par l’argent facile et prêts à tout pour « gagner le million », comme ils disent. Selon l’Observatoire National de la Délinquance, entre 2007 et 2008, les vols à main armée commis par des mineurs ont augmenté de 38%. Certains sont passés à l’acte pour la première fois à 12 ans. « Zone Interdite » a enquêté sur ces jeunes braqueurs et recueilli le témoignage de leurs familles. « Zone Interdite » a également rencontré leurs victimes, des commerçants traumatisés ou excédés. Comment réagissent-ils à ces agressions ?

Plus d’école, pas de travail, envie d’argent rapide : parfois, le petit commerce du coin, c’est tentant... Salim, 16 ans a braqué la boulangerie en bas de chez lui. Celle où sa mère achète le pain tous les jours. Depuis qu’il s’est fait arrêter, la maman de Salim a changé de boulangerie : « J’ai trop honte », dit-elle. À 17 ans, Sébastien est en détention provisoire depuis 7 mois pour le braquage d’une supérette. Il sort dans quelques jours, mais sa mère est inquiète : elle a peur que Sébastien replonge... Délinquant à 13 ans, braqueur à 16, Sélim a commis une cinquantaine de braquages avant d’être condamné à 20 ans de prison. Aujourd’hui, il prépare un album de rap et reconnaît qu’il a changé. À 21 ans, Rachid a déjà purgé deux peines de prison. Il raconte qu’il braquait pour nourrir sa famille. Il regrette ce qu’il a fait.

Quand ils se font arrêter, les jeunes braqueurs craquent souvent en garde-à-vue. Kevin avoue tout au bout de quelques heures : l’alcool qu’il a bu avant, son entrée dans le bar-tabac et le pistolet à billes qu’il a emprunté... Les armes à feu, ils n’en ont pas. Ils les louent aux plus âgés, ou ils achètent des répliques chez l’armurier ou dans les magasins de jouets. Mais qu’elles soient vraies ou en plastique, le traumatisme des victimes est le même. « Zone Interdite » a rencontré des commerçants qui se sont fait braquer plusieurs fois. Certains s’organisent en se regroupant. Quelle attitude adopter face à une arme pointée sur soi ? Se défendre ? Tout donner ? Ce pharmacien de la région parisienne a fourni tous ses collègues de la ville en bombes lacrymogènes.


Suivez l'actualité médias avec newstele sur twitter et Facebook


Crédit Photo : M6/Stephane RUET

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article