Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Site web d’actualités / Médias

Newstele

« Envoyé spécial », sommaire du jeudi 21 mai 2015

« Envoyé spécial », sommaire du jeudi 21 mai 2015

Ce jeudi, Françoise Joly et Guilaine Chenu présentent un nouveau numéro d'Envoyé spécial, dès 20h45 sur France 2.

 

Les Dessous du made in china français (titre provisoire) Un reportage de  Leslie Benzaquen et Yvan Burnier

1 200 grossistes installés en moins de 10 ans sur une ancienne friche industrielle en Seine-Saint-Denis : bienvenue à Aubervilliers, la nouvelle capitale du textile en France. Les vendeurs sont à 95 % chinois ou d’origine chinoise, et fournissent en prêt-à-porter, accessoires, et maroquinerie les commerçants de toute l’Europe.
Des produits pour la plupart fabriqués en Chine, importés par ces grossistes et revendus ensuite par les détaillants dans nos petites boutiques de centre-ville.
Ce nouveau temple de la mode affiche des loyers de pas-de-porte dignes des quartiers chics parisiens : 25.000 euros par mois pour une boutique de 50 m2 !
L’impulsion économique donnée par les grossistes a créé de l’emploi au sein de la communauté chinoise. La ville d’Aubervilliers accueille désormais une immigration importante, originaire en majorité de Wenzhou, une région pauvre et rurale du Sud-Est de la Chine. La plupart des femmes deviennent couturières, le seul métier possible quand on ne parle presque pas le français. Mais ces petites mains chinoises sont aussi des proies faciles pour certains grossistes peu scrupuleux.
Dans les sous-sols des pavillons de banlieue, l’équipe d’Envoyé spécial a découvert des ateliers clandestins, qui emploient des migrants chinois sans titre de séjour, et leur imposent des conditions de travail difficiles : entassés sur quelques mètres carrés, dans des caves, les ouvrières travaillent 7 jours sur 7, 12 heures par jour, pour fabriquer des robes ou des tee-shirts. Enquête sur ce « Made in China » fabriqué… en France.

 

Cellules à vendre Un reportage de Séverine Lebrun et Mathieu Niewenglowski

Elles portent en elles l'avenir de la médecine : les cellules souches ont la faculté de se transformer en n'importe quel type de cellules du corps humain, et pourraient à terme tout réparer.
Malgré des centaines d'études en cours, peu d'usages thérapeutiques existent aujourd'hui. Pourtant, aux quatre coins du globe, des marchands d'espoir vendent déjà très cher les hypothétiques prouesses de ces cellules.
A Bangkok, Clémence, 23 ans, atteinte d'une maladie incurable s'apprête à subir une injection de cellules souches espérant aller mieux, et peu importent les risques.
A Los Angeles, l'industrie de l'esthétique monnaye à prix d'or le dernier lifting à la mode : celui à base de cellules souches de graisse !
En Suisse, enfin, des industriels propose aux parents de congeler les cellules souches des dents de leurs enfants, pour une éventuelle utilisation future.
Tour du monde d'un business très convoité.

Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article