Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Site web d’actualités / Médias

Newstele

Capital : "Quand vos souvenirs rapportent gros" ce dimanche sur M6

Thomas sotto capital M6

Ce dimanche, Thomas Sotto présente un nouveau numéro de Capital dès 20h50 sur M6, consacré cette semaine à « Vacances : quand vos souvenirs rapportent gros ».

 

Tour Eiffel en porte-clés, tee-shirts souvenir et un appareil de photo jetable : ce sont souvent les ingrédients des vacances, ou plutôt le moyen de garder des souvenirs de vacances. Derrière ces petits objets, il y a des hommes d'affaires qui font fortune en inventant sans cesse de nouveaux produits. Il y a aussi une histoire incroyable : celle de Kodak. Une multinationale de la photo. Pendant un siècle, Kodak écrase tous ses concurrents. Aujourd'hui, c'est la déconfiture. L'entreprise est en faillite avec 6 milliards de dettes. Comment en est-elle arrivée là ? Quand souvenir rime avec business, Capital vous raconte ce soir la saga Kodak.

 

Saga kodak : le dernier clic Qui pourrait imaginer la disparition de Coca-Cola, Apple, Macdonald ou Disney ? Ily a une dizaine d'années, Kodak faisait encore partie de ce club de marques insubmersibles. La multinationale américaine qui inventa la pellicule, la photo grand public et même l'appareil numérique, écrasa durant un siècle tous ses concurrents. Ses pellicules ont servi à graver nos meilleurs souvenirs, à nous faire rêver avec les grands succès du cinéma. Mais aujourd'hui, elle est en faillite avec près de 6 milliards d'euros de dette. Comment ce géant de la photo s'est-il retrouvé dans cette situation ? De l'autodidacte qui bricola la première pellicule dans sa cuisine à la fin du 19ème siècle à l'appareil numérique qui révolutionna nos prises de vues, retour sur l'incroyable histoire d'une marque qui s'était cru invulnérable.

 

Tee shirt, bibelots, gadgets : le business des souvenirs régionaux Boules à neige, magnets, bols bretons... Tout le monde a rapporté, un jour, un souvenir de vacances. Petits et facile à glisser dans les valises, le marché se porte bien et fait vivre des centaines de boutiques, partout en France. C'est à Paris, le site touristique le plus visité par les Français, que la bataille entre tous ces vendeurs de souvenirs est la plus rude. À la tête de ces boutiques, une poignée de familles. Certaines possèdent même des rues entières de boutiques. D'où viennent vraiment ces souvenirs « de France » ? Comment s'y prend-on pour vendre aux touristes ces objets souvent très kitsch ? Qui sont les vendeurs qui font fortune grâce à vos bibelots de vacances ? Reportage sur la guerre des marchands de souvenirs.

 

Suivez l'actualité médias avec newstele sur twitter et Facebook   

Crédit Photo : M6/DR

Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article