Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Site web d’actualités / Médias

Newstele

« Reportages », sommaire du samedi 4 mai 2013

Reportages claire chazal tf1La rédaction de TF1 propose ce samedi à 13h25 sur TF1 le magazine Reportages, présentée par Claire Chazal. Sommaire

 

13h25 - Chasseurs de mannequins  Un reportage de Delphine Cinier (Press & Co) 
Elles font la une des magazines, défilent pour les plus grands couturiers à Paris, New York ou Milan.  Stars des défilés, icônes des grands magazines féminins... toutes ont été repérées par des hommes et des femmes de l'ombre. Des chasseurs qui sillonnent la planète à l'affût de ce qu'ils appellent tous : "la perle rare". Nous les avons suivis pendant plusieurs mois.
Ces chasseurs de mannequins passent chaque jour la planète au peigne fin et se livrent une concurrence féroce pour être le premier à mettre la main sur une nouvelle icône.  Alors qui se cache derrière ces stars des podiums ? Qui sont ces professionnels au regard aiguisé, capables de reconnaître entre mille celle qui demain, fera la une des magazines ?  Pendant plusieurs mois, l'équipe de Reportages s'est glissée dans les coulisses de cette sélection sans concession des futures tops, où seuls les "scouts", ces chasseurs de nouveaux visages, ont le pouvoir de transformer Cendrillon en princesse des podiums.
Michaela est l'une des chasseuses de mannequins les plus célèbres dans le monde de la mode. Surnommée "l'oeil".... en quelques secondes, elle est capable de déceler ce petit plus qui distingue une belle parmi les belles... "des belles filles, il y en a partout, ce que je cherche dépasse la simple beauté. Il faut que la fille ait une force dedans, qu'elle soit armée et déterminée pour affronter les plus grands photographes, les grands couturiers. Je peux juger une fille en quelques secondes, mon oeil est un scanner capable de détecter les futures stars. Ce travail est une passion, c'est instinctif !" 

 

14h20 - Meurtriers invonlontaires Un reportage d'Olivier Pighetti
Xavier, Bertrand, Antoine.... ont tué sans le vouloir. Un homicide involontaire, comme on le qualifie, peut toucher n'importe qui, n'importe où. Pour les familles des victimes, les dommages sont irréparables.... Pour ceux qui se retrouvent sur le banc des accusés, c'est une vie qui bascule.

Le 1er octobre 2000, le chalutier l'An Oriant sombre au large des côtes irlandaises. Accroché à une bouée avec deux autres naufragés, Xavier Léauté, le capitaine tente de sauver ses compagnons mais les voit disparaître un par un. " Quand vous voyez votre équipage partir, vous vous dites que vous avez failli à votre devoir de capitaine, de sauver les gens et d'être leur sécurité avant tout. A la suite du drame, la justice s'interroge... "vous n'êtes plus un naufragé, quelqu'un qui a vu la mort, qui a pleuré à voir les autres mourir... vous êtes un coupable".  Xavier Léauté est responsable,  accusé et condamné pour  homicide involontaire, comme l'armateur. En décembre 2007, il fait appel de sa condamnation "j'ai une vie qui commence après. Il y avait avant l'An Oriant et il y a après l'An Oriant".
 
La plupart de ces accidents se produisent en bas de chez nous. Sur les routes de France, une personne meurt toutes les deux heures. Bertrand Parent a attendu 25 ans avant de pouvoir parler de l'accident mortel qu'il provoque alors qu'il n'a que 20 ans. Aujourd'hui, il raconte dans un livre " Un jour, sur la route, j'ai tué un homme " et parcourt la France pour témoigner "Même si c'est un homicide involontaire, vous l'avez fait. Vivre avec un mort sur la conscience, la chose la plus difficile, c'est de l'accepter. J'ai fait une erreur en bagnole. Elle a coûté  quelque chose d'irréparable, c'est  la vie d'un homme. Difficile de montrer sa souffrance et d'en parler... elle n'est rien à côté de la souffrance qu'on a infligée. Je pense qu'il faut en parler, se libérer".

 

Suivez l'actualité médias avec newstele sur twitter, Facebook et Google+ 
Crédit Photo :
TF1

Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article