Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Site web d’actualités / Médias

Newstele

TF1 : Documents inédits "Les dessous du Crazy" ce samedi à 23h15

les-dessous-du-crazy-reportages-tf1.jpg

Proposé par la Direction de l'Information, TF1 diffuse ce samedi 22 décembre à 23h15 un document inédit sur Les dessous du Crazy. Un reportage de Julien Johan et Julie Ledru. 

 

Parmi les plus célèbres cabarets parisiens, comme le Lido, ou le Moulin Rouge, le Crazy Horse a inauguré l'an passé une nouvelle façon de faire connaître sa revue dans le monde entier : les tournées. Canada, Espagne, Angleterre... Nous avons pu suivre ces danseuses pendant six mois et découvert... que c'est lorsque la strip-teaseuse est rhabillée, qu'elle a le plus de choses à montrer ! 

 

Dès l'aéroport de Roissy, la troupe se fait remarquer. Valises personnelles et malles de "costumes", et surtout dix ravissantes  jeunes femmes attirent les regards. Les danseuses partent pour le Canada où elles vont se produire pendant un mois et demi. Dans l'avion, première surprise, une des danseuses potasse un livre de droit et rêve de  la Sorbonne. "Une carrière de danseuse, ça dure pas jusqu'à 60 ans". Le théâtre de Québec où elles se produisent peut accueillir jusqu'à 3000 spectateurs, soit dix fois la taille du cabaret parisien. Le public semble conquis..... Chaque numéro du spectacle, même le plus déshabillé, doit cultiver une esthétique universelle afin de séduire les spectateurs de tous les pays, de toutes les cultures. Mais, pour assurer plusieurs tournées en même temps il faut recruter de nouvelles "têtes".

 

À Paris, place aux jeunes recrues. Elles ont réussi le casting et s'apprêtent à entrer pour la première fois dans ce temple très secret : "Vous ne devez jamais avoir de contact avec le public ! Ni avant, ni après le spectacle. Vous devez toujours être maquillées, même dans la rue... il ne faut jamais gâcher le rêve ! Nous vous pèserons toutes les semaines pour surveiller votre ligne". Ainsi s'exprime Svetlana, leur formatrice. Danseuse accomplie, Aude s'est jetée à l'eau : "Pour l'audition, je me suis déshabillée, je n'ai pas regardé les autres filles et je me suis lancée en voulant leur prouver que j'étais assez bosseuse pour y arriver !" Aude a deux mois pour devenir la danseuse de nu qu'on attend d'elle, malgré ses craintes "la scène est toute proche du public, ça fait un peu peur !".

 

Ce grand voyage de six mois dans les valises de ces danseuses, permet de découvrir que ces filles, aux personnalités attachantes, sont bien plus riches que l'on imagine. Avant tout, ce sont des virtuoses de la danse. La particularité, certes, est de se dévêtir sur scène mais elles en parlent sans tabou : Yaffa : "Il y a l'adrénaline qui monte dans le corps". Loulou : "On rentre en transe". Tayna : "Danser au Crazy c'est un sport extrême ! " Mina : "On fait sortir sur scène tout ce qu'on ne pourrait pas faire dans la vraie vie. C'est un exutoire".

 

À l'occasion de l'étape britannique de la tournée, nous faisons plus ample connaissance avec Tayna, danseuse au sein de la troupe française et londonienne pur jus, qui aborde devant nous la question délicate de la vie privée : " En tant que célibataire, je peux dire que la plupart des hommes ne sont pas très à l'aise avec le métier que je fais..." Loulou croit : "qu'on impressionne beaucoup les hommes. Ils ne comprennent pas qu'il y a le personnage sur scène et un autre à la ville". Les "plus belles femmes du monde" seraient donc célibataires !

 

Autre rencontre dans la troupe avec  Nooka, décrite par ses camarades comme une danseuse accomplie. Nooka embauchée à 18 ans, alors qu'elle n'était encore qu'une toute jeune fille, est aujourd'hui, du haut de ses vingt-huit ans, la doyenne. Elle s'inquiète un peu pour les nouvelles : "Avant, quand on entrait jeune dans ce cabaret, les manageuses prenaient des mois pour nous former jusqu'à ce qu'on devienne de magnifiques diamants. Aujourd'hui, du temps il y en a moins, le spectacle suit le rythme de notre époque et les jeunes filles se retrouvent sur scène un peu trop rapidement".

 

Ce reportage au long cours permet, une fois n'est pas coutume, de dévoiler un peu de l'âme de ces danseuses. Ce qu'elles désirent par-dessus tout, c'est de ne plus jamais être considérées... comme de simples strip-teaseuses !

 

Suivez l'actualité médias avec newstele sur twitter et Facebook   

Crédit Photo : TF1

Partager cet article
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article